Logo Mairie de Villeneuve-la-Guyard

GUIDE
« VOS DROITS ET DÉMARCHES »
POUR LES PARTICULIERS

Accueil particuliers / Famille / Divorce, séparation de corps / Divorce, séparation : un enfant mineur peut-il être entendu par le juge ?

Divorce, séparation : un enfant mineur peut-il être entendu par le juge ?

Oui, un enfant capable de discernement peut être entendu dans le cadre d’une procédure de divorce ou de séparation. Il est informé de son droit par ses parents. La demande d’audition peut être formulée par les parents ou par l’enfant mineur. Il peut être entendu seul, avec un avocat ou une personne de son choix. Le juge entend l’enfant lui-même ou désigne une personne pour réaliser l’audition.

À quoi sert l’audition ?

L’enfant peut être entendu lors de la séparation ou du divorce de ses parents, car cette séparation a une incidence sur ses conditions de vie.

L’enjeu de l’audition concerne la résidence de l’enfant et les droits de visite de l’autre parent, son cadre de vie ou une décision en matière d’autorité parentale (orientation scolaire…​).

L’enfant peut, par exemple, émettre le souhait de vivre chez son père, chez sa mère, de vivre en alternance chez ses parents, de ne pas être séparé de ses frères et sœurs.

À savoir

quel que soit son âge, l’enfant ne décide pas. Il donne son avis.

Quels sont les enfants concernés ?

L’enfant peut être entendu uniquement quand ses parents ont entamé une procédure de divorce ou de séparation devant le juge aux affaires familiales.

La loi ne fixe pas l’âge à partir duquel un enfant peut être entendu. Le mineur doit être capable de discernement . Sa maturité, son degré de compréhension, sa faculté personnelle d’apprécier les situations, sa capacité à exprimer un avis réfléchi sont des éléments démontrant ce discernement.

Comment demander l’audition ?

Le mineur doit être informé par les personnes ayant l’autorité parentale (son père, sa mère) de son droit à être entendu. Le juge aux affaires familiales doit vérifier que le mineur a bien été informé de son droit.

La demande d’audition peut être présentée au JAF à n’importe quel moment de la procédure de divorce ou de séparation.

S’il n’y pas de demande formulée mais que le juge estime que l’audition est nécessaire, il peut l’ordonner de lui même.

Demande formulée par l’enfant

L’enfant doit écrire lui-même au juge.

Tribunal judiciaire ou de proximité

Le juge doit auditionner l’enfant sauf si l’enfant n’a pas le discernement nécessaire ou si la procédure ne le concerne pas.

En cas de refus, il en informe le mineur. Les motifs du refus sont mentionnés dans la décision du juge.

Le refus d’audition ne peut pas faire l’objet d’un recours.

Demande formulée par les parents

Les parents (l’un ou l’autre ou les 2) peuvent demander par écrit au juge que leur enfant soit entendu.

Le juge peut refuser la demande dans les cas suivants :

  • L’enfant n’a pas le discernement nécessaire

  • La procédure ne concerne pas l’enfant

  • L’audition n’est pas nécessaire à la solution du litige

  • L’audition paraît contraire aux intérêts de l’enfant

En cas de refus, le juge informe les parents et mentionne les raisons dans sa décision.

Lorsque le mineur refuse d’être entendu, le juge examine les raisons de ce refus.

À l’initiative du juge

L’audition peut être ordonnée par le juge aux affaires familiales sans qu’une demande des parents ou de l’enfant ait été faite.

L’audition doit permettre au juge d’avoir l’avis de l’enfant s’il l’estime nécessaire à sa prise de décision.

Convocation de l’enfant

L’enfant est convoqué par lettre simple.

Il est informé qu’il peut être entendu seul, avec un avocat ou avec une personne de son choix. Si le choix de la personne n’apparaît pas conforme à l’intérêt du mineur, le juge peut procéder à la désignation d’une autre personne.

Attention

si le mineur écrit qu’il veut être assisté d’un avocat et qu’il n’en a pas déjà choisi un, le juge demande la désignation d’un avocat pour l’assister.

Le mineur ayant choisi d’être entendu avec un avocat bénéficie automatiquement de l’aide juridictionnelle .

Les parents ou leurs avocats sont prévenus du déroulement de l’audition.

Comment se passe l’audition ?

L’audition a lieu au tribunal.

Le juge entend l’enfant lui-même ou désigne une personne pour réaliser son audition. Il s’agit d’une personne exerçant une activité dans le domaine social, psychologique ou médico-psychologique.

Le rôle de l’avocat est d’expliquer à l’enfant le déroulement de l’audition et de l’aider à exprimer ses sentiments.

L’audition de l’enfant fait l’objet d’un compte rendu établi dans l’intérêt de l’enfant. Il ne s’agit pas forcément d’une retranscription mot à mot des propos de l’enfant.

Ce compte-rendu est porté à la connaissance des parents selon des règles définies par le juge.

Après l’audition

Le juge rend une décision dans la procédure de séparation ou de divorce qui oppose les parents.

Cette décision doit indiquer que l’enfant a été entendu.

Le juge n’est pas obligé de suivre l’avis de l’enfant.

À noter

l’enfant ne peut pas contester la décision rendue entre ses parents, car il n’est pas «partie» à la procédure.

Direction de l’information légale et administrative

14/09/2021

A voir aussi :

Définitons

Capable de discernement : Qui peut exprimer un avis réfléchi grâce à sa maturité et son degré de compréhension

Autorité parentale : Ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l’intérêt de l’enfant. Elle appartient aux parents ou à une tierce personne sur décision du juge, jusqu’à la majorité ou l’émancipation de l’enfant. Elle sert à protéger l’enfant dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement, dans le respect dû à sa personne.

Abréviations

JAF : Juge aux affaires familiales

Références